RED Fibre Niël
Commentaires (6)
lol 2 février 2012 à 2:01

M. Richard, plutôt que de faire de la démagogie de bas-étages (pléonasme) devrait plutôt se concentrer sur une refonte de la culture d’entreprise et des offres d’Orange.

Cette entreprise est un naufrage et c’est bien dommage car il y a pas mal d’employés qui valent le coup mais qui sont hélas plombés par un management rétrograde, inerte et imbécile.

Un vrai gâchis.

On peut dire ce qu’on veut de Niel mais au moins sa boîte va de l’avant et joue le jeu de la concurrence…

Parker_ 2 février 2012 à 11:05

ah ! la culture de l’entreprise de FT !

elle est vraiment à revoir !

n’empeche quand j’entend parler Stéphane RICHARD, en étant stagiaire chez FT en 2001, je me dis que même 10 ans après, même avec un statut d’entreprise privée, la culture de la fonction publique (le premier qui bouge a perdu) avec tous les innovations, et les initiatives, et les lachers-prises qui vont de l’avant… et ben c’est toujours pas ca !

on est relativement bien choyé et bercé par une sécurité de l’emploi…

bon je dirais rien, je suis aussi fonctionnaire mais dans un ministère tout autre mais on ressent quand même que FT veut « endormir » le marché, se faire de l’argent « doucement », « tranquillement » et « surement » mais en verrouillant le marché du cuivre.

au fait c’est qui a freiné le développement de l’internet en France en 1995/1997 et qui voulait imposer son minitel ?

avec l’attitude de FT, on est pas pret d’avoir des innovations et surtout d’être fibré rapidement… 🙁

Michel95 2 février 2012 à 15:13

Décidément, les idées reçues ont la vie dure ! (je cite Parker : « c’est qui a freiné le développement de l’internet en France en 1995/1997 et qui voulait imposer son minitel ? »)

Lorsque Michel BON a pris la tête de France Télécom en septembre 1995, une de ses premières décisions a été de missionner plusieurs cadres supérieurs (dont Yves PARFAIT, qui est actuellement responsable national de la fibre chez Orange) pour créer une filiale à 100%, appelée France Télécom Interactive, pour devenir un leader de l’Internet en France. Et dès le mois d’avril 1996, FTI lançait commercialement Wanadoo, un des tous premiers FAI en France. Donc, sur ce point, FT a plutôt été leader…

Il est exact que Marcel ROULET (le prédécesseur de Michel BON à la tête de FT) doutait de la pertinence d’Internet face au Minitel.
Cela peut porter à sourire aujourd’hui, mais en 1995 :
– le taux d’équipement en ordinateurs en France était ridiculement bas, alors qu’il y avait 8 millions de Minitel en service.
– Windows 95 n’intégrant pas les couches logicielles TCP/IP, la connexion à Internet était d’une complexité effroyable, réservant l’accès à des hyper-initiés, alors que des dizaines de millions de Français étaient familiarisés avec les services en ligne sur Minitel.
– la connexion à Internet se faisait à vitesse d’escargot, avec des modems 14 400 bits/s (le « top » en 1995), à comparer au Minitel Vitesse Rapide à 9600 bits/s.
– la pauvreté du contenu d’Internet était effarante : il y avait quelques dizaines de site Internet en France, et pour mémoire, le site de l’entreprise RENAULT (renault.fr) se réduisait à 3 pages web donnant essentiellement le numéro vert et quelques infos rudimentaires. Alors qu’à l’inverse il y avait une richesse incomparable des services en ligne sur Minitel (25 000 services).
– en matière de paiement en ligne, la sécurité apportée par le Minitel (avec les reversements tarifaires via les 3615/3617 etc) était également infiniment plus élevée que ce qui était alors proposé sur Internet.

Marcel ROULET tablait donc plutôt sur une évolution du Minitel, ce qui, je le répète, n’était absolument pas idiot en 1995 au vu de ce qui précède.
C’est bien la clairvoyance de Michel BON, qui a su anticiper le potentiel d’Internet (donc dès 1995) qui a permis à FT de devenir leader de l’Internet en France avec Wanadoo puis Orange.

roballar 4 février 2012 à 10:22

Ne vous inquiétez pas pour Stéphane RICHARD…
Voir Wikipedia :
Il a fait fortune en vendant, dans le cadre d’un LBO ses parts dans Nexity. Son investissement initial de 600 000 euros lui a rapporté 20 millions d’euros. Sa fortune en 2009 est estimée à 35 millions d’euros et il est assujetti à l’ISF5.

Il a fait l’objet le 12 octobre 2007 d’un redressement fiscal de 660 000 euros, montant comprenant « une pénalité de mauvaise foi d’un montant de 5 % ». »

Il n’en a pas pour autant été radié de l’ordre de la Légion d’honneur !

Pascal76 24 février 2012 à 23:44

J adore les « pro free » sans mobile et parfois sans sim ! La seule chose qui fonctionne vraiment très bien c lorsqu ils utilisent le réseau d orange !

Commentaires fermés.

Les commentaires des actualités restent ouverts 30 jours après publication. Si vous avez une question, cherchez la page appropriée dans nos sections Mobile, Internet ou TV et postez un commentaire.

Retour en haut de page